Depiedencap Forum Index
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   ProfileProfile   RegisterRegister 
   Log inLog in 
 Log in to check your private messagesLog in to check your private messages 



 De pied en cap, le forum des passionnés... 
Bienvenue sur notre forum, Guest Okay
panama
Goto page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
 
Post new topic   Reply to topic    Depiedencap Forum Index -> Accessoires -> Chapeaux, casquettes et autres couvre-chefs
Previous topic :: Next topic  
Author Message
golgotha
Calcéophile

Offline

Joined: 01 Feb 2007
Posts: 3,732
Localisation: Suisse

PostPosted: 13/05/2008 11:38:45    Post subject: panama Reply with quote

Bon ben dimanche matin j'ai été un gentil petit epoux et j'ai accompagné mon epouse à une grande exposition florale qui se donne une fois par année plutôt que d'aller faire du cheval Evil or Very Mad

bref, parmi les dizaines de stands fleurs/arboriculture, il y'avait 2 charmantes equatoriennes qui vendaient des chapeaux, style panama, sombrero etc. superbes femmes d'ailleurs.

Me suis offert un panama. Ils avaient 3 differentes series, toutes fabriquées soi disant en Equator: la première, environ EUR 50, la deuxième gamme à EUR 90 et enfin la troisième et dernière serie (qui se roule pour rentrer dans une boite à environ EUR 260. J'ai opté pour la version à EUR 90 et suis ravi.
On m'a expliqué que les differences de prix venaient essentiellement du travail de tissage. plus celui ci est fin plus c'est cher et mieux ca se roule. ca me parait logique.

quelqu'un pourrait me dire si le terme "panama" c'est un style propre à un lieu et technique de fabrication? est ce un AOC en quelque sorte? bref la definition du mot..

merci,
golgot
_________________
The Last shall be First

www.olivierdemestral.ch
Back to top
Publicité






PostPosted: 13/05/2008 11:38:45    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Kane
Calcéophile

Offline

Joined: 24 Jan 2007
Posts: 3,257

PostPosted: 13/05/2008 12:00:45    Post subject: panama Reply with quote

http://www.brentblack.com/pages/panamahatgrades2.html
PS : les infos ont l'air intéressantes (attention, je n'y connais rien), même si je sais ce qu'Achille pense du bonhomme... Mr. Green

Sinon, une belle photo.




Qui a lu ?


Last edited by Kane on 13/05/2008 12:10:52; edited 1 time in total
Back to top
Achille
Administrateur

Offline

Joined: 22 Jan 2007
Posts: 11,123

PostPosted: 13/05/2008 12:09:56    Post subject: panama Reply with quote

Salut Golgotha,
Non seulement un panama ne peut être fabriqué qu'en Equateur mais même là il n'y que deux lieux de fabrication comme décrit ici
Selon ce processus

Et la qualité dépend comme tu l'as dit de la densité du tressage comme l'explique Robert Weber:


Grading Panama hats is not an easy task. The fact of the matter is that no industry standard guides the grading of Panama hats anywhere in the world. Sellers use numbers, complicated math or fancy brand names to sell their panama hats. Some sellers don't say anything about what grade their panama hats are, nor give an explanation for their grading of panama hats. Go figure.

The Five Tier System
We get e-mails every day asking about the number grade of our panama hats. In our experiences in Montecristi, we've heard of only five grade names for Panama hats: grueso, medio fino, fino, superfino and extrafino. If you roam around Montecristi, that's what you'll hear. Grueso means "coarse" or "thick" in Spanish. Medio Fino means "medium fine." Fino means "fine." Superfino and Extrafino equate to "super fine" and "extra fine." The photo is of a Panama Hatworks of Montecristi Select 0 panama hat and has between 800-900 weaves per square inch. I’d love to say that the panama hat has 30 weaves by 30 weaves per square inch, but it is more likely to have 32 weaves by 27 weaves in that square inch. The weaving parallel to the brim is tighter than the weaving perpendicular to the brim due to the weaves nature.

We don't use the tier system because it isn't definitive enough. Honestly, grueso hats are coarse, choppy and just plain plain... good enough for yard work and the beach. We’ll sell them if you want them,($14.00 apiece + s/h, please inquire). Fino The finos (medio, fino, super, extra) panama hats range from a weave count of 12 to 40+ weaves per square inch. Big difference! How can we justify calling ALL of them finos when one is three times more fino than the other? We can't. It would take a weaver 3 times longer to weave a hat with 36 weaves per parallel linear inch than 12 weaves and, naturally, the price would be 3 times more because of the time involved. As far as superfino and extra fino, we're happy to use those names, but prefer fino fino to allow for the many people who use "extra fino" or "super fino" as catch phrases to mark up their prices. This photo is of a "select 1" and has roughly 600 weaves per square inch. Again doing the math, that's between 24 and 25 weaves per square inch. That's a good hat!

Hat "Vueltas"
Something else we don't focus on is the counting of the number of vueltas on the inside of the hat. A vuelta means "a turn, return or return trip" in Spanish. It actually is the number of concentric circles you could count if you put the crown of the hat up to a light. The term vuelta is sometimes used to represent the weave density...the more vueltas, supposedly, the better the quality. A vuelta line is actually the junction where strands of paja toquilla were added radially as the hat is woven. Since the hat starts out as a disk, the crown then progresses downwards on the sides and then outward to form the brim, obviously strands must be added as this disk increases in diameter every few weaves. Vueltas are the lines formed when strands are added due to the doubling of the fiber at that point, splicing it in, to incorporate each new strand into the weave, nothing more. The photo above is actual size and shows the vueltas (for your visual enjoyment!) in a Montecristi belonging to Chuck Brown, www.cuencanet.com, that has a 30X25 linear inch weave count or 780 weaves per square inch. It is our educated opinion that the vuelta count isn't an accurate definitive measuring stick of fineness. It is at best a lazy man's weave indication. Rather than taking 30 seconds and simply count the weaves per inch, people accept the number of vueltas as the determining factor in fineness. (Semi lazies can count half an inch and multiply by 2!) In short, number of vueltas do not a fine hat make. Sure, the more fine the hat, the more vueltas the crown of the hat will have. However, crown dimensions naturally vary with the hat size!

The Focus of PHM
The focus of Panama Hatworks of Montecristi is procuring the best hats for you for the least $$$$ and providing a steady stream of work for the artisans. Panama Hatworks of Montecristi works with a fair number of Panama hat families, focusing on purchasing the finest Panama hat bodies on the basis of color uniformity, backweave, weave consistency, weave quality, weave density and good looks, all for the best price, to pass savings and quality on to you. We simply buy the best from the best and painstakingly spend the time to do it. So no matter what hat we stock it's a good hat and priced strictly according to quality, instead of hype or the fame of our "brand name." We sell hats, not fame. This magnified photo is of a "select 2" and has around 400+ weaves per square inch. A $3.00 calculator says that's 20 weaves per linear inch and that's a pretty good hat and not all that expensive.

We "grade" our hats on weaves per inch and if you want to use some nomenclature, then "superfino" and fino might do.

The Bottom Line
It's simply best to talk in terms of quality as to how many average weaves per square inch a hat exhibits. A lot of sellers don't fess up to that number or even offer a key to their grading system that incorporates weaves per inch, and some don't even mention a grade of any kind in their websites. Yet the number of weaves is directly proportional to the work the hat required and the cost of the paja toquilla and therefore the value and cost of the completed Panama. Doesn't it make you wonder why they are mysterious? Why don't they give the weave count? What are they hiding? There is no hidden valley inhabited by elves which manufacture super fino fino hats for one dollar, the prices based on quality are the same from one end of Montecristi to the other. It's all according to the market itself just as with the London Gold Fix or the Rappaport Diamond Guide. Please, when you have any question whatsoever about what grade and quality of hat you'll be getting for your hard earned money, email us and we will literally count the weaves for you and be straight up about it. Besides, talking to our customers is the best part of this business.



Achille
_________________
Fernand Sebbah souvenez vous en !
Pauline Brosset portez-en !!!
Back to top
Achille
Administrateur

Offline

Joined: 22 Jan 2007
Posts: 11,123

PostPosted: 13/05/2008 12:11:28    Post subject: panama Reply with quote

http://www.brentblack.com/pages/panamahatgrades2.html
PS : les infos ont l'air intéressantes (attention, je n'y connais rien), même si je sais ce qu'Achille pense du bonhomme... Mr. Green
[/quote]
Du mal Mr. Green

Achille
_________________
Fernand Sebbah souvenez vous en !
Pauline Brosset portez-en !!!
Back to top
Kane
Calcéophile

Offline

Joined: 24 Jan 2007
Posts: 3,257

PostPosted: 13/05/2008 12:40:50    Post subject: panama Reply with quote

Achille wrote:
Du mal Mr. Green


Mr. Green

Cela dit, indépendamment de ses habiletés commerciales, les infos techniques données sur son site sont-elles valables et/ou intéressantes ?
Back to top
Achille
Administrateur

Offline

Joined: 22 Jan 2007
Posts: 11,123

PostPosted: 13/05/2008 12:46:30    Post subject: panama Reply with quote

Kane wrote:

Cela dit, indépendamment de ses habiletés commerciales, les infos techniques données sur son site sont-elles valables et/ou intéressantes ?


Non il s'y connaît, la preuve c'est qu'il a acheté l'exclusivité du travail de certains des meilleurs tisseurs.
Mais je ne suis pas hyper-favorable à la diffusion des adresses web de certains brigands comme lui.
On peut aimer la connaissance et la faire passer après l'éthique . Ce surtout quand il ya des sites tout aussi intéressants fait par des gens plus.....enfin moins...... Mr. Green

Achille
_________________
Fernand Sebbah souvenez vous en !
Pauline Brosset portez-en !!!
Back to top
erwan
Calcéophile

Offline

Joined: 25 Jan 2007
Posts: 1,862
Localisation: Angers

PostPosted: 13/05/2008 13:33:17    Post subject: panama Reply with quote

Kane wrote:


Qui a lu ?


Je l'ai lu il y a 2 ans (emprunté à la bibliothèque comme d'habitude wink ).

Très intéressant, beaucoup de photos en grand format, explications de la fabrication, photos de différents modèles etc.

J'en fait un résumé plus complet d'ici une petite semaine...
Back to top
Achille
Administrateur

Offline

Joined: 22 Jan 2007
Posts: 11,123

PostPosted: 13/05/2008 13:55:49    Post subject: panama Reply with quote

erwan wrote:


J'en fait un résumé plus complet d'ici une petite semaine...


Ben tu peux peut être le mettre sur le site alors ?

Achille
_________________
Fernand Sebbah souvenez vous en !
Pauline Brosset portez-en !!!
Back to top
Kane
Calcéophile

Offline

Joined: 24 Jan 2007
Posts: 3,257

PostPosted: 13/05/2008 14:04:15    Post subject: panama Reply with quote

Achille wrote:
On peut aimer la connaissance et la faire passer après l'éthique


Amen.

Kane, leader de la confrérie Bernardo Gui morderire
Back to top
erwan
Calcéophile

Offline

Joined: 25 Jan 2007
Posts: 1,862
Localisation: Angers

PostPosted: 13/05/2008 14:28:04    Post subject: panama Reply with quote

PANAMA chapeau de légende
texte : Martine Buchet
photographies : Laziz Hamani
édition : Assouline
1995
143 page

Chapitre 1 : quatre cents ans de panamas

Partie sur l'histoire du chapeau.


Chapitre 2 : le mythe du "montecristi"

Partie la plus etoffée du livre. Toutes les étapes de la paille fraiche toquilla au chapeau. Très nombreuses photos pleine page. Article écrit un peu comme un reportage. On "suit" un couple, lui est tisserand et elle s'occupe de la paille. Ils vivent à Pilé, un petit village pas loin de Montecristi.
Résumé synthétique.

La plante utlisée s'appelle la toquilla. De la famille des palmiers, elle est longue, haute et légère, de couleur vert brillant.
Au bout de la tige se forment les feuilles ( qui se déploient comme un éventail ). Ce sont elles qui seront coupées et donneront la paille.
La pousse doit être jeune mais déjà ferme. On appelle ces jeunes pousses les cogollos. Ce sont des pousses, ou gaines de feuilles immatures, d'une longueur d'un mètre et d'un centimètre de diamètre.
La personne qui les coupe est le pajero. On les regroupe en ballots et on les transporte de la plantation au village en camion.
Avec son couteau, la femme entaille la pousse par le milieu et libère ainsi les feuilles tendres qu'elle sépare des nervures, des filaments...Il reste alors comme des rubans soyeux.
Ceux-ci sont bouillis 20 minutes puis séchés au vent mais à l'abris du soleil. Le séchage dure un ou deux jours.
Il faut veiller à ce que les rubans ne se collent pas les uns aux autres en les maintenant bien séparés.
Il y a alors un phénomène de rétraction. Ils s'enroulent sur eux-même et forment alors des tiges cylindriques blondes et fines : la paille.
La paille est lavée et posée sur une plaque d'argile que l'on place au dessus d'un brasier avec du soufre. Un gaz se dégage : la "fume". L'opération dure une à deux heures. La paille prend une couleur ivoire.
Ensuite la paille est à nouveau séchée.
Vient alors la sélection selon la blancheur, la souplesse, la dimension et la finesse.
Certaines commandes necessitent de retravailler chaque fibre en la divisant en 2,3 ou 4 pour qu'elle soient encore plus fine et plus souple.
Plus la fibre est fine, plus long est le temps de tissage et plus rare est le panama.

Le tisserand choisit la paille en fonction du chapeau qu'il veut faire (fino, superfino...).
Il commence par la rosette, centre de la calotte, avec huit fibres formant des croisillons. Au fur et à mesure du tissage il ajoute des nouvelles pailles jusqu'à réaliser la taille qu'il souhaite pour la calotte.
Cette première partie peut se réaliser assis, elle demande beaucoup d'ordre et d'habileté.
Ensuite la calotte est placée sur une une forme, elle-même posée sur un socle à trois pieds. le tisserand à partir de cette phase travaille debout, penché en avant. Le haut de son torse est appuyé sur des pièces en bois (avec un coussin) qui sont sur la forme. Le tissage se fait à hauteur des cuisses plus ou moins vers le bassin.
Il tisse avec trois doigts (pouce, index et, je pense, le majeur) dont les ongles sont effilés et durs : ce sont ses instruments de travail! Il trempe ses doigts dans l'eau de temps en temps pour maintenir la paille humide.
Une fois la calotte terminée, il tisse le bord ( ou aile du chapeau comme disent les équatiriens). La taille dépend de la commande et de son expérience pour les proportions.
Le chapeau est alors remis au marchand. Celui-ci paye le tisserand en trois ou quatre fois avec des avances car le tissage est long.
Trois ou quatre mois, parfois six!

Vient ensuite le travail du finisseur ( en général le marchand). Il cherche s'il y a une petite coupure ou une paille de couleur différente, et corrige les erreurs.
Il coupe la paille restante (brindilles ou "chevelure" du pourtour qui est abondante).
Puis il serre brin par brin pour construire la bordure du chapeau (remaillage vers l'intérieur). Le bord devient alors une arête parfaite.

Le panama est envoyé dans de luxueuses boutiques, où des gens qualifiés se chargeront de les former. Cette opération se fait sur une forme de bois avec de la vapeur et un maillet, on assouplit la calotte. De plus en plus on utilise la pression d'une machine à former. On puet repasser le bord ou l'apprêter.
Pour terminer on applique une garniture intérieure pour fixer l'ovale et on choisit un bandeau.


La qualité du panama dépend de la sélection de la paille, de la finesse de la trame, de l'uniformité du tissage et de la régularité de la bordure. Elle se mesure à la quantité de tours que comporte le fond du chapeau et à l'aspect du chapeau terminé. Les tours sont les cercles concentriques dont le centre est la rosette. On les voit lorsqu'on retourne la chapeau devant une source de lumière.
Pour un fino, il faut trois mois de tissage, trente-cinq cogollos et le fond possède quinze tours. La mère du tisserand a réalisé une fois un "fino-fino" : huit mois de tissage, vingt-hiut tours et soixante cogollos...
Le super fino est menacé car rares sont les maîtres tisserands capable d'en réaliser. Le métier est dur et peu lucratif (10% du prix de vente). Le livre, édité en 1995, dit qu'il restait une dizaine de personnes capable d'en tisser (on parle des superfino).


Chapitre 3 : Cuenca, les Andes autour d'un chapeau

Ville à 2800 mètres de hauteur, Cuenca est une ancienne ville coloniale. Elle se convertit aux métiers de la paille en 1835. Volonté politique d'apprendre aux gens à tisser. Ici on a choisit la quantité. La société d'exportation de panamas dont il est question exporte environ 500 000 chapeaux (40 000 douzaines) par an... Soit 20% de la production totale de l'Equateur.
Dans les provinces d'Azvay et Cañar il y a plusieurs millers de tisserands.

Ce sont souvent des femmes, elles tressent tout an long de la journée (même dans les bus...).
Elles vont d'abord au marché de la paille où elles choisissent celle-ci en fonction de leur talent et du temps dont elles disposent.
Elles réalisent un à six chapeaux par semaine. Cepandant un "beau" cuenca peut prendre plusieurs semaines pour être tissé.
On juge la trame à la pulgada. C'est un carré imaginaire de 2,5 centimètres de côté. On compte le nombre de fibres tressées dans une même direction. Un beau cuenca va jusqu'à vingt-cinq fibres, alors que le premier degré est à treize fibres.
Une fois tressé, le tisserand va au marché des chapeaux non finis ( calotte en "cloche", et chevelure sur la bordure). Là un intermédiaire sélectionne les cuencas selon les commandes qu'on lui a passé.
Une fois dans la maison d'exportation, il reste deux étapes : le finisage et la commercialisation.
Ces maisons sont de véritables manufactures.
On coupe la longue frange, on lave les chapeaux, puis ils sont plongés dans une solution décolorante.
La différence avec le montecristi est que ce dernier est traité de manière unique alors que le cuenca l'est de façon industrielle.
Vient ensuite l'opération de séchage au soleil, puis la fumigation (vapeur de soufre). On relave puis pour certaines séries on effectue un bain de couleur.
Ensuite on forme les chapeaux grace à la pression d'une machine chauffée à 120°C. Avant on utilisait une forme en bois et on assouplissait la calotte à coups de maillets, avec de la vapeur et un four. et on finissait en repassant le bord. Aujourd'hui les formes servent à mesurer la taille des chapeaux!
Une fois fini le chapeau est trié en fonction de sa taille, de son style, de sa couleur et de sa destinaion.
On emballe les cuencas par lot de vingt douzaines dans des sacs de coton blanc, puis on les expédient via Guayaquil en cargo ou en avion dans le monde entier.
Pour certaines commandes (les cuencas de "bonne qualité") les chapeaux sont envoyés non formés.

Dans la région, tout le monde porte un chapeau et en possède plusieurs. Celui des femmes est en général de forme plus ronde et à bord plus petit.


Chapitre 4 : Guayaquil, le port des panamas

Très peu de texte, mais on parle de là où étaient acheminés les cencas et montecristi ( par mulets, trains et camions ) avant d'être expédiés dans le monde entier par cargo.


A la fin il y a de nombreuses photos de cuenca, fino et superfino ( modèles planteur, naturel, borsalino, stetson, haut de forme (!)...).


Livre très instructif et richement illustré. Photos de qualité privilégiant le grand format.
Quelques adresses à la fin.


Last edited by erwan on 20/05/2008 11:50:28; edited 5 times in total
Back to top
Kane
Calcéophile

Offline

Joined: 24 Jan 2007
Posts: 3,257

PostPosted: 13/05/2008 14:31:26    Post subject: panama Reply with quote

Merci beaucoup erwan !
Back to top
erwan
Calcéophile

Offline

Joined: 25 Jan 2007
Posts: 1,862
Localisation: Angers

PostPosted: 20/05/2008 11:52:22    Post subject: panama Reply with quote

Chapitres 2 et 3 terminés...

erwan wrote:
PANAMA chapeau de légende
texte : Martine Buchet
photographies : Laziz Hamani
édition : Assouline
1995
143 page

Chapitre 1 : quatre cents ans de panamas

Partie sur l'histoire du chapeau.


Chapitre 2 : le mythe du "montecristi"

Partie la plus etoffée du livre. Toutes les étapes de la paille fraiche toquilla au chapeau. Très nombreuses photos pleine page. Article écrit un peu comme un reportage. On "suit" un couple, lui est tisserand et elle s'occupe de la paille. Ils vivent à Pilé, un petit village pas loin de Montecristi.
Résumé synthétique.

La plante utlisée s'appelle la toquilla. De la famille des palmiers, elle est longue, haute et légère, de couleur vert brillant.
Au bout de la tige se forment les feuilles ( qui se déploient comme un éventail ). Ce sont elles qui seront coupées et donneront la paille.
La pousse doit être jeune mais déjà ferme. On appelle ces jeunes pousses les cogollos. Ce sont des pousses, ou gaines de feuilles immatures, d'une longueur d'un mètre et d'un centimètre de diamètre.
La personne qui les coupe est le pajero. On les regroupe en ballots et on les transporte de la plantation au village en camion.
Avec son couteau, la femme entaille la pousse par le milieu et libère ainsi les feuilles tendres qu'elle sépare des nervures, des filaments...Il reste alors comme des rubans soyeux.
Ceux-ci sont bouillis 20 minutes puis séchés au vent mais à l'abris du soleil. Le séchage dure un ou deux jours.
Il faut veiller à ce que les rubans ne se collent pas les uns aux autres en les maintenant bien séparés.
Il y a alors un phénomène de rétraction. Ils s'enroulent sur eux-même et forment alors des tiges cylindriques blondes et fines : la paille.
La paille est lavée et posée sur une plaque d'argile que l'on place au dessus d'un brasier avec du soufre. Un gaz se dégage : la "fume". L'opération dure une à deux heures. La paille prend une couleur ivoire.
Ensuite la paille est à nouveau séchée.
Vient alors la sélection selon la blancheur, la souplesse, la dimension et la finesse.
Certaines commandes necessitent de retravailler chaque fibre en la divisant en 2,3 ou 4 pour qu'elle soient encore plus fine et plus souple.
Plus la fibre est fine, plus long est le temps de tissage et plus rare est le panama.

Le tisserand choisit la paille en fonction du chapeau qu'il veut faire (fino, superfino...).
Il commence par la rosette, centre de la calotte, avec huit fibres formant des croisillons. Au fur et à mesure du tissage il ajoute des nouvelles pailles jusqu'à réaliser la taille qu'il souhaite pour la calotte.
Cette première partie peut se réaliser assis, elle demande beaucoup d'ordre et d'habileté.
Ensuite la calotte est placée sur une une forme, elle-même posée sur un socle à trois pieds. le tisserand à partir de cette phase travaille debout, penché en avant. Le haut de son torse est appuyé sur des pièces en bois (avec un coussin) qui sont sur la forme. Le tissage se fait à hauteur des cuisses plus ou moins vers le bassin.
Il tisse avec trois doigts (pouce, index et, je pense, le majeur) dont les ongles sont effilés et durs : ce sont ses instruments de travail! Il trempe ses doigts dans l'eau de temps en temps pour maintenir la paille humide.
Une fois la calotte terminée, il tisse le bord ( ou aile du chapeau comme disent les équatiriens). La taille dépend de la commande et de son expérience pour les proportions.
Le chapeau est alors remis au marchand. Celui-ci paye le tisserand en trois ou quatre fois avec des avances car le tissage est long.
Trois ou quatre mois, parfois six!

Vient ensuite le travail du finisseur ( en général le marchand). Il cherche s'il y a une petite coupure ou une paille de couleur différente, et corrige les erreurs.
Il coupe la paille restante (brindilles ou "chevelure" du pourtour qui est abondante).
Puis il serre brin par brin pour construire la bordure du chapeau (remaillage vers l'intérieur). Le bord devient alors une arête parfaite.

Le panama est envoyé dans de luxueuses boutiques, où des gens qualifiés se chargeront de les former. Cette opération se fait sur une forme de bois avec de la vapeur et un maillet, on assouplit la calotte. De plus en plus on utilise la pression d'une machine à former. On puet repasser le bord ou l'apprêter.
Pour terminer on applique une garniture intérieure pour fixer l'ovale et on choisit un bandeau.


La qualité du panama dépend de la sélection de la paille, de la finesse de la trame, de l'uniformité du tissage et de la régularité de la bordure. Elle se mesure à la quantité de tours que comporte le fond du chapeau et à l'aspect du chapeau terminé. Les tours sont les cercles concentriques dont le centre est la rosette. On les voit lorsqu'on retourne la chapeau devant une source de lumière.
Pour un fino, il faut trois mois de tissage, trente-cinq cogollos et le fond possède quinze tours. La mère du tisserand a réalisé une fois un "fino-fino" : huit mois de tissage, vingt-hiut tours et soixante cogollos...
Le super fino est menacé car rares sont les maîtres tisserands capable d'en réaliser. Le métier est dur et peu lucratif (10% du prix de vente). Le livre, édité en 1995, dit qu'il restait une dizaine de personnes capable d'en tisser (on parle des superfino).


Chapitre 3 : Cuenca, les Andes autour d'un chapeau

Ville à 2800 mètres de hauteur, Cuenca est une ancienne ville coloniale. Elle se convertit aux métiers de la paille en 1835. Volonté politique d'apprendre aux gens à tisser. Ici on a choisit la quantité. La société d'exportation de panamas dont il est question exporte environ 500 000 chapeaux (40 000 douzaines) par an... Soit 20% de la production totale de l'Equateur.
Dans les provinces d'Azvay et Cañar il y a plusieurs millers de tisserands.

Ce sont souvent des femmes, elles tressent tout an long de la journée (même dans les bus...).
Elles vont d'abord au marché de la paille où elles choisissent celle-ci en fonction de leur talent et du temps dont elles disposent.
Elles réalisent un à six chapeaux par semaine. Cepandant un "beau" cuenca peut prendre plusieurs semaines pour être tissé.
On juge la trame à la pulgada. C'est un carré imaginaire de 2,5 centimètres de côté. On compte le nombre de fibres tressées dans une même direction. Un beau cuenca va jusqu'à vingt-cinq fibres, alors que le premier degré est à treize fibres.
Une fois tressé, le tisserand va au marché des chapeaux non finis ( calotte en "cloche", et chevelure sur la bordure). Là un intermédiaire sélectionne les cuencas selon les commandes qu'on lui a passé.
Une fois dans la maison d'exportation, il reste deux étapes : le finisage et la commercialisation.
Ces maisons sont de véritables manufactures.
On coupe la longue frange, on lave les chapeaux, puis ils sont plongés dans une solution décolorante.
La différence avec le montecristi est que ce dernier est traité de manière unique alors que le cuenca l'est de façon industrielle.
Vient ensuite l'opération de séchage au soleil, puis la fumigation (vapeur de soufre). On relave puis pour certaines séries on effectue un bain de couleur.
Ensuite on forme les chapeaux grace à la pression d'une machine chauffée à 120°C. Avant on utilisait une forme en bois et on assouplissait la calotte à coups de maillets, avec de la vapeur et un four. et on finissait en repassant le bord. Aujourd'hui les formes servent à mesurer la taille des chapeaux!
Une fois fini le chapeau est trié en fonction de sa taille, de son style, de sa couleur et de sa destinaion.
On emballe les cuencas par lot de vingt douzaines dans des sacs de coton blanc, puis on les expédient via Guayaquil en cargo ou en avion dans le monde entier.
Pour certaines commandes (les cuencas de "bonne qualité") les chapeaux sont envoyés non formés.

Dans la région, tout le monde porte un chapeau et en possède plusieurs. Celui des femmes est en général de forme plus ronde et à bord plus petit.


Chapitre 4 : Guayaquil, le port des panamas

Très peu de texte, mais on parle de là où étaient acheminés les cencas et montecristi ( par mulets, trains et camions ) avant d'être expédiés dans le monde entier par cargo.


A la fin il y a de nombreuses photos de cuenca, fino et superfino ( modèles planteur, naturel, borsalino, stetson, haut de forme (!)...).


Livre très instructif et richement illustré. Photos de qualité privilégiant le grand format.
Quelques adresses à la fin.
Back to top
Achille
Administrateur

Offline

Joined: 22 Jan 2007
Posts: 11,123

PostPosted: 20/05/2008 13:29:31    Post subject: panama Reply with quote

erwan wrote:


Livre très instructif et richement illustré. Photos de qualité privilégiant le grand format.
Quelques adresses à la fin.


SUPER résumé Okay Merci Erwan.
Peux tu nous donner ces adresses, pour info ?


En annexe :
http://panamahatsdirect.com/EcuadorInfo

http://panamahatsdirect.com/hatfacts

Achille
_________________
Fernand Sebbah souvenez vous en !
Pauline Brosset portez-en !!!
Back to top
erwan
Calcéophile

Offline

Joined: 25 Jan 2007
Posts: 1,862
Localisation: Angers

PostPosted: 20/05/2008 14:04:16    Post subject: panama Reply with quote

Il faudra que je fasse le 1 et le 4 pour terminer le résumé...

Pour les adresses:

GELOT (fondé en 1835)
15, rue du Fbg St-Honoré

MOTSCH (fondé en1887)
42, av. George V

CHAPELLERIE BROSSON
43, rue d'Alsace-Lorraine
31000 Toulouse

LOUIS SCIOLLA
2, Bd des Moulins
98000 Monte-Carlo

PANAMA MONTECRISTI (importateur en Europe)
19,rue de Vaugirard
92190 Meudon

Pour l'Angleterre, Herbert Johnson, Lock et Harrod's.
Pour l'Italie, Borsalino.
Pour La Suisse, Poretti SA ( via Vegezzi 2, 6900 Lugano).
Pour la Belgique, Pierre Degand (415 av. Louise B 1050 Bruxelles).
Pour l'Espagne, Bel y Cia (Paseo de Gracia 20 Barcelone 08007 ).
Pour les Etats-Unis, J.J.Hat Center (NY), Davidoff of Geneva (Beverly Hills), Newt at the Royal Hawaii Hotel(Honolulu), Georgetown Tobacco (Wash.), Paul'shat work (SF), Montecristi Custom Hat Work (Santa Fe), Panama hats company of the pacific (importateur aux USA) situé à Honolulu...
Back to top
Achille
Administrateur

Offline

Joined: 22 Jan 2007
Posts: 11,123

PostPosted: 20/05/2008 14:30:59    Post subject: panama Reply with quote

Encore super Okay

C'est intéressant toutes ces adresses et à creuser.

Achille
_________________
Fernand Sebbah souvenez vous en !
Pauline Brosset portez-en !!!
Back to top
erwan
Calcéophile

Offline

Joined: 25 Jan 2007
Posts: 1,862
Localisation: Angers

PostPosted: 26/05/2008 22:06:58    Post subject: panama Reply with quote

PANAMA chapeau de légende
texte : Martine Buchet
photographies : Laziz Hamani
édition : Assouline
1995
143 page

Chapitre 1 : quatre cents ans de panamas

Partie sur l'histoire du chapeau en parallèle de celle de l'Equateur et de son économie (d'abord le cacao puis plus tard la banane et le pétrole).

"Une histoire raconte que les premiers espagnols découvrirent d'étranges coiffes sur la tête de certains indigènes, et attribuèrent cette matière légère et translucide à de la peau de vampire...
Cette anecdote inscrit déjà dans la légende celui qu'on appelera plus tard le panama."

En 1630, soit cent ans plus tard, commence le début de l'artisanat de ce chapeau.

Dans la seconde moité du XVII cet artisanat se développe avant de prendre son véritable essor au XVIII. A cette époque, il s'appelle jijijapa (nom de la petite ville d'où il serait originaire) ou montecristi (petite ville où sont les meilleurs tisserands).
Les premiers montecristi sont sans doute arrivés en Europe gràce à quelques commerçants ou capitaines...
Petite anecdote, Napoléon, à Ste Hélène, ne porte plus son célèbre bicorne mais un montecristi!

Avec le développement du cacao, va naitre la grande époque du Panama. Il est présent dans toutes les plantations. Le métier va s'organiser.
En 1835, un espagnol va faire fortune en exportant ces chapeaux de paille. Il envoit sa marchandise dans le golfe de Panama où il ouvre un comptoir. Panama est un lieu de passage incontournable, notamment pour rejoindre la Californie. Les chercheurs d'or vont le répandre aux Etats-Unis lors des nombreuses ruées...220 000 chapeaux aux USA en 1830.
Le commerce se développe et Cuenca va "se lancer dans le chapeau" (cf chapitre 4) : industrialisation, réquisition de la population pour tisser...

En 1855, Paris découvre ce chapeau lors de l'Exposition Universelle. Un fino est offert à Napoléon III, et la mode est lancée dans la capitale française. On le baptise panama, confondant port de provenance et pays d'origine. La notoriété est telle que que les autorités équatoriennes ne pourront plus rien faire pour donner un autre nom.

Avec la très médiatique construction du canal de Panama, il devient encore plus célèbre.
Il va remplacer le cannotier comme chapeau d'été, et sera consacrer par Edouard VII, après l'avoir été par Napoléon III. Il devient le chapeau de haut luxe pour la haute société quand elle voyage (croisière...). Sa célébrité se répand le monde entier. C'est l'age d'or du panama.

Plus tard les grands acteurs américains de l'entre-deux-guerres perpétueront la légende en le portant : Orson Welles, Humphrey Bogart, Gary Cooper...

Après la guerre commence la période de lent déclin du chapeau dans la garde-robe masculine. Le panama n'y échappe pas et va jouer dorénavant un rôle secondaire dans l'habillement.



Chapitre 2 : le mythe du "montecristi"

Partie la plus etoffée du livre. Toutes les étapes de la paille fraiche toquilla au chapeau. Très nombreuses photos pleine page. Article écrit un peu comme un reportage. On "suit" un couple, lui est tisserand et elle s'occupe de la paille. Ils vivent à Pilé, un petit village pas loin de Montecristi.
Résumé synthétique.

La plante utlisée s'appelle la toquilla. De la famille des palmiers, elle est longue, haute et légère, de couleur vert brillant.
Au bout de la tige se forment les feuilles ( qui se déploient comme un éventail ). Ce sont elles qui seront coupées et donneront la paille.
La pousse doit être jeune mais déjà ferme. On appelle ces jeunes pousses les cogollos. Ce sont des pousses, ou gaines de feuilles immatures, d'une longueur d'un mètre et d'un centimètre de diamètre.
La personne qui les coupe est le pajero. On les regroupe en ballots et on les transporte de la plantation au village en camion.
Avec son couteau, la femme entaille la pousse par le milieu et libère ainsi les feuilles tendres qu'elle sépare des nervures, des filaments...Il reste alors comme des rubans soyeux.
Ceux-ci sont bouillis 20 minutes puis séchés au vent mais à l'abris du soleil. Le séchage dure un ou deux jours.
Il faut veiller à ce que les rubans ne se collent pas les uns aux autres en les maintenant bien séparés.
Il y a alors un phénomène de rétraction. Ils s'enroulent sur eux-même et forment alors des tiges cylindriques blondes et fines : la paille.
La paille est lavée et posée sur une plaque d'argile que l'on place au dessus d'un brasier avec du soufre. Un gaz se dégage : la "fume". L'opération dure une à deux heures. La paille prend une couleur ivoire.
Ensuite la paille est à nouveau séchée.
Vient alors la sélection selon la blancheur, la souplesse, la dimension et la finesse.
Certaines commandes necessitent de retravailler chaque fibre en la divisant en 2,3 ou 4 pour qu'elle soient encore plus fine et plus souple.
Plus la fibre est fine, plus long est le temps de tissage et plus rare est le panama.

Le tisserand choisit la paille en fonction du chapeau qu'il veut faire (fino, superfino...).
Il commence par la rosette, centre de la calotte, avec huit fibres formant des croisillons. Au fur et à mesure du tissage il ajoute des nouvelles pailles jusqu'à réaliser la taille qu'il souhaite pour la calotte.
Cette première partie peut se réaliser assis, elle demande beaucoup d'ordre et d'habileté.
Ensuite la calotte est placée sur une une forme, elle-même posée sur un socle à trois pieds. le tisserand à partir de cette phase travaille debout, penché en avant. Le haut de son torse est appuyé sur des pièces en bois (avec un coussin) qui sont sur la forme. Le tissage se fait à hauteur des cuisses plus ou moins vers le bassin.
Il tisse avec trois doigts (pouce, index et, je pense, le majeur) dont les ongles sont effilés et durs : ce sont ses instruments de travail! Il trempe ses doigts dans l'eau de temps en temps pour maintenir la paille humide.
Une fois la calotte terminée, il tisse le bord ( ou aile du chapeau comme disent les équatiriens). La taille dépend de la commande et de son expérience pour les proportions.
Le chapeau est alors remis au marchand. Celui-ci paye le tisserand en trois ou quatre fois avec des avances car le tissage est long.
Trois ou quatre mois, parfois six!

Vient ensuite le travail du finisseur ( en général le marchand). Il cherche s'il y a une petite coupure ou une paille de couleur différente, et corrige les erreurs.
Il coupe la paille restante (brindilles ou "chevelure" du pourtour qui est abondante).
Puis il serre brin par brin pour construire la bordure du chapeau (remaillage vers l'intérieur). Le bord devient alors une arête parfaite.

Le panama est envoyé dans de luxueuses boutiques, où des gens qualifiés se chargeront de les former. Cette opération se fait sur une forme de bois avec de la vapeur et un maillet, on assouplit la calotte. De plus en plus on utilise la pression d'une machine à former. On puet repasser le bord ou l'apprêter.
Pour terminer on applique une garniture intérieure pour fixer l'ovale et on choisit un bandeau.


La qualité du panama dépend de la sélection de la paille, de la finesse de la trame, de l'uniformité du tissage et de la régularité de la bordure. Elle se mesure à la quantité de tours que comporte le fond du chapeau et à l'aspect du chapeau terminé. Les tours sont les cercles concentriques dont le centre est la rosette. On les voit lorsqu'on retourne la chapeau devant une source de lumière.
Pour un fino, il faut trois mois de tissage, trente-cinq cogollos et le fond possède quinze tours. La mère du tisserand a réalisé une fois un "fino-fino" : huit mois de tissage, vingt-hiut tours et soixante cogollos...
Le super fino est menacé car rares sont les maîtres tisserands capable d'en réaliser. Le métier est dur et peu lucratif (10% du prix de vente). Le livre, édité en 1995, dit qu'il restait une dizaine de personnes capable d'en tisser (on parle des superfino).


Chapitre 3 : Cuenca, les Andes autour d'un chapeau

Ville à 2800 mètres de hauteur, Cuenca est une ancienne ville coloniale. Elle se convertit aux métiers de la paille en 1835. Volonté politique d'apprendre aux gens à tisser. Ici on a choisit la quantité. La société d'exportation de panamas dont il est question exporte environ 500 000 chapeaux (40 000 douzaines) par an... Soit 20% de la production totale de l'Equateur.
Dans les provinces d'Azvay et Cañar il y a plusieurs millers de tisserands.

Ce sont souvent des femmes, elles tressent tout an long de la journée (même dans les bus...).
Elles vont d'abord au marché de la paille où elles choisissent celle-ci en fonction de leur talent et du temps dont elles disposent.
Elles réalisent un à six chapeaux par semaine. Cepandant un "beau" cuenca peut prendre plusieurs semaines pour être tissé.
On juge la trame à la pulgada. C'est un carré imaginaire de 2,5 centimètres de côté. On compte le nombre de fibres tressées dans une même direction. Un beau cuenca va jusqu'à vingt-cinq fibres, alors que le premier degré est à treize fibres.
Une fois tressé, le tisserand va au marché des chapeaux non finis ( calotte en "cloche", et chevelure sur la bordure). Là un intermédiaire sélectionne les cuencas selon les commandes qu'on lui a passé.
Une fois dans la maison d'exportation, il reste deux étapes : le finisage et la commercialisation.
Ces maisons sont de véritables manufactures.
On coupe la longue frange, on lave les chapeaux, puis ils sont plongés dans une solution décolorante.
La différence avec le montecristi est que ce dernier est traité de manière unique alors que le cuenca l'est de façon industrielle.
Vient ensuite l'opération de séchage au soleil, puis la fumigation (vapeur de soufre). On relave puis pour certaines séries on effectue un bain de couleur.
Ensuite on forme les chapeaux grace à la pression d'une machine chauffée à 120°C. Avant on utilisait une forme en bois et on assouplissait la calotte à coups de maillets, avec de la vapeur et un four. et on finissait en repassant le bord. Aujourd'hui les formes servent à mesurer la taille des chapeaux!
Une fois fini le chapeau est trié en fonction de sa taille, de son style, de sa couleur et de sa destinaion.
On emballe les cuencas par lot de vingt douzaines dans des sacs de coton blanc, puis on les expédient via Guayaquil en cargo ou en avion dans le monde entier.
Pour certaines commandes (les cuencas de "bonne qualité") les chapeaux sont envoyés non formés.

Dans la région, tout le monde porte un chapeau et en possède plusieurs. Celui des femmes est en général de forme plus ronde et à bord plus petit.


Chapitre 4 : Guayaquil, le port des panamas

Fondés en 1535, Guayaquil a longtemps été considéré comme le chantier naval du Pacifique. De là partaient les chapeaux pour le Panama. Là-bas ils étaient vendus : c'est pour celà qu'on les nomma panama (par erreur!).

Suivent quelques informations ( sur le fait qu'on peut plier certains chapeaux dans une boite et qu'ensuite ils retrouvent leur forme, cependant l'auteur conseil de ne pas abuser du pliage surtout dans les climats secs...), quelques conseils ( humidifier souvent le chapeau ), et surtout beaucoup de photos de différents panama (superfino, fino, cuenca, avec des modèles planteur, madagascar, melon (!!!), malibu, borsalino, stetson (cowboy), capone, deauville...).


Livre très instructif et richement illustré. Photos de qualité privilégiant le grand format.
Quelques adresses à la fin.
Back to top
erwan
Calcéophile

Offline

Joined: 25 Jan 2007
Posts: 1,862
Localisation: Angers

PostPosted: 01/06/2008 16:03:06    Post subject: panama Reply with quote

Salut Achille.
Si tu le souhaites, tu peux mettre ce résumé sur le site.Je te laisse faire, car si je me mets à faire des manipulations, je suis capable de mettre le feu au forum, de supprimer tous les messages d'ElRiO, ou d'envoyer le tout à Mao...

Erwan disciple de Salomé.
Back to top
Achille
Administrateur

Offline

Joined: 22 Jan 2007
Posts: 11,123

PostPosted: 01/06/2008 18:54:59    Post subject: panama Reply with quote

A yé Okay
Merci Erwan


Achille
_________________
Fernand Sebbah souvenez vous en !
Pauline Brosset portez-en !!!
Back to top
traclet
Calcéophile

Offline

Joined: 04 Mar 2008
Posts: 21
Localisation: roanne

PostPosted: 02/06/2008 17:13:36    Post subject: Conseil Panama Reply with quote

Bonjour,

juste pour information pour les Panama. il faut faire tres attention avec le panama car beaucoup de monde pense que l'on peut le plié facilement. On peut le faire sans le casser en Equateur mais en France, il faut penser de le garder dans un environement humide afin d'eviter que la fibre seche et que le chapeau casse (surtout sur le pointue de la calotte).
Pour plus d'information sur le Panama, je vous invite à aller sur notre site web:
http://www.chapellerie-traclet.com/hat/product_info.php?products_id=338

Cordialement Traclet sébastien
Back to top
Visit poster’s website
Achille
Administrateur

Offline

Joined: 22 Jan 2007
Posts: 11,123

PostPosted: 02/06/2008 18:53:10    Post subject: panama Reply with quote

En effet la précision est importante, merci M. Traclet.
Je pense d'ailleurs que c'est une précaution à prendre même si on ne plie pas son chapeau.
Avec les appartement surchauffés et l'air sec il est important de réhumidifier la paille régulièrement avec un brumisateur ou en mettant son chapeau de la salle de bain quand on prend une douche chaude.


Achille
_________________
Fernand Sebbah souvenez vous en !
Pauline Brosset portez-en !!!
Back to top
Siegfried
Calcéophile

Offline

Joined: 31 Aug 2007
Posts: 873
Localisation: Loin.

PostPosted: 03/06/2008 07:09:42    Post subject: panama Reply with quote

On peut les mettre dans une serre humide (avec les bonsaïs)?
Back to top
Corto_M
Administrateur

Offline

Joined: 24 Jan 2007
Posts: 7,478
Localisation: Issy Les Moulineaux

PostPosted: 03/06/2008 21:12:20    Post subject: panama Reply with quote

erwan wrote:

En 1855, Paris découvre ce chapeau lors de l'Exposition Universelle. Un fino est offert à Napoléon III, et la mode est lancée dans la capitale française. On le baptise panama, confondant port de provenance et pays d'origine.


un mythe qui s'effondre ...
_________________
Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n'écoute, il faut toujours recommencer. André Gide.
Back to top
golgotha
Calcéophile

Offline

Joined: 01 Feb 2007
Posts: 3,732
Localisation: Suisse

PostPosted: 03/06/2008 21:39:17    Post subject: panama Reply with quote

j'ai cru comprendre que c'était la finesse du tissage et de la paille qui permettait à un panama d'être roulé.

euh...comment le savoir sans casser ? Question
suis ravi du mien recemment acquis pour une centaine d'eur mais je sais pas si il roule?
le coup de la vapeur à côté de la douche ok, mais sinon?

golgot, qui roule bamboule...
_________________
The Last shall be First

www.olivierdemestral.ch
Back to top
Achille
Administrateur

Offline

Joined: 22 Jan 2007
Posts: 11,123

PostPosted: 04/06/2008 06:31:09    Post subject: panama Reply with quote

golgotha wrote:


euh...comment le savoir sans casser ? Question


Ben si tu n'as ps assez d'expérience dans le domaine (évaluer la souplesse en fonction du tressage et de l'humidité de la paille) faut demander une démo au vendeur avant achat. Comme ça si il se plante c'est pour lui Mr. Green
Mais même une fois cette souplesse démontrée il ne faudra pas oublier d'entretenir se degré d'humidité faute de quoi celui qui se plié .....................ne se pliera plus pas vu .

Achille
_________________
Fernand Sebbah souvenez vous en !
Pauline Brosset portez-en !!!
Back to top
Achille
Administrateur

Offline

Joined: 22 Jan 2007
Posts: 11,123

PostPosted: 19/06/2008 06:56:07    Post subject: panama Reply with quote

et hop une video de plus:

http://panamahatsdirect.com/tour/office-tour.html

Achille
_________________
Fernand Sebbah souvenez vous en !
Pauline Brosset portez-en !!!
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Depiedencap Forum Index -> Accessoires -> Chapeaux, casquettes et autres couvre-chefs All times are GMT + 2 Hours
Goto page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
Page 1 of 9

 
Jump to:  

Index | Forum hosting | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB and iRn